E3 2014 : les conférences vues de l'extérieur

Publié le par D W

E3 2014

Bon voilà, je suis encore en méga retard pour parler de l'E3 cuvée 2014 qui vient récemment de s'achever, mais j'ai des bonnes excuses.... enfin, je sais pas si elles sont vraiment bonnes, mais avec le début de la Coupe du Monde, on a quand même assisté à des matches bien sympas. Et il fallait que je dorme aussi.

L'E3 cette année, c'était les jeux, le gros software qui devait arriver avec le gros hardware de la saison précédente. Je dirai simplement après avoir vu 4 des 5 conférences, que tout cela commence à se faire plus précis.

Microsoft : stopper l'hémorragie

Microsoft était le gros constructeur à ouvrir le bal, il y a d'ailleurs quasiment une semaine heure pour heure (à 6 heures près quand même ^^). Grosses attentes, grosse pression, pour 'le' constructeur qui rate, ou du moins done l'impression de rater son début de génération.

Dans cette optique-là, et après l'abandon récent de Kinect - abandon assez décomplexé, ça a dû faire plaisir aux premiers adeptes de la technologie - le but était clair : il fallait sortir du gros jeu, il fallait montrer du lourd, il fallait sécuriser le coup, pour que tous les early adopters de la XBox One ne se sentent ni lésés, ni trop abandonnés.

Pour ce faire, la technique a été très simple : ils ont mis les petits plats dans les grands, ils ont montré des jeux, des gros projets, et du gros gameplay.

Il fallait du Call of Duty ? Ils ont sorti du Call of Duty.
Il fallait du Forza ? Ils ont sorti du Forza (Forza Horizon 2).
Il fallait du Halo ? Il sont sorti du Halo. Halo 5 arrive trop tard (2015) ? C'est pas grave, ils ressortent Halo 1-4 pour faire patienter en cette fin d'année.
Il fallait du Dragon Age, du Tomb Raider ? C'est bon, ils avaient ça aussi en magasin, no problemo.

Bon, on pourrait croire que tout cela reseemble à un gros troll, mais pas du tout. Et c'était une stratégie assez acceptable, pour preuve ça a marché sur un bon gros paquet de joueurs / internautes, qui ont par la suite préféré la conférence Microsoft à celle de Sony : montrer du jeu, que l'on connaît bien, très beau très sûr, pas trop risqué, avec des gens qui jouent en live. Impeccable.

Il y a eu quand 2 ~ 3 petites choses intéressantes, notamment ce Sunset Overdrive qui m'a tapé dans l'oeil, sorte de simulation ~ mélange de tps, rail shooter voire beat'em all démesuré, version fête foraine et monstres zarbis ; le DeadRising 3' (ouais, j'ai la flemme d'aller rechercher le titre exact), qui m'embête toujours autant à rester sur Xboîte (et PC pour la première version) ; The Witcher 3 enfin... euh non en fait. Je n'ai pas du tout été impressionné. Cette démo-là m'a même limite ennuyé.

Fable Legends m'a fait sourire tant cette exploitation de la license originelle tient de l'abus. ' finira usé jusqu'à la corde.

Je noterai que pour ceux qu'on appelle les "jeux indépendants" ou les jeux "des indépendants" (ça mériterait un billet entier ça), le long trailer de fin était le seul moment où l'on pouvait apercevoir des images de Mighty 9, le futur jeu de Keiji Inafune... mais si vous asvez bien, ce petit frère de Megaman annoncé depuis un bout de temps déjà, dont personne n'a parlé de tout le salon.

Reste enfin cette drôle d'intervention de Hideki Kamiya, ex de Capcom, big boss de Platinum Games, qui bosse avec quasiment tout le monde (sauf Sega !), qui montrait son futur projet (encore une fois une expérience uniiiiique pour les joueurs) : Scalebound. Première impressions : grosse frayeur ! tant le personnage principal ressemble au Dante du reboot de DMC avec quelques années de plus (voire beaucoup plus). Et puis des gros dragons qui se bastonnent et une hydre géante qui débarque. OK. Où était le gameplay dans ce trailer ? M'weuf. Mieux vaut attendre un peu.

Pour revoir la conférence, ou alors ici - une pensée émue à tous ceux qui sont resté sur Gamekult jusqu'au bout, avec la traduction française simultanée ET les commentaires bouseux. J'ai tenu 2 minutes max avant de partir chasser les streams US.

Sony : la maîtrise

Sony abordait évidemment l'événement sous d'autres cieux bien plus cléments que les années précédentes : la PS4 est un succès, elle s'est bien vendue, elle continue et va continuer de se vendre pendant un bon moment. Sans forcer, tant Microsoft s'est tiré une balle dans le pied avant de dévoiler sa machine, juste par sa communication.

Ca a été dur de veiller jusqu'à 5 heures du mat' quand même, mais il n'empêche ça valait vraiment la peine. Traitez-moi de fanboy.

Dès le début, même chose que pour le principal concurrent, Sony a sorti du lourd : Destiny (m'intéresse pas trop mais bon), Little Big Planet 3, mais aussi Bloodborne, de From Software qui avait développé pour Sony Demon's Soul sur PS3 (sorti en 2007, qui avait bénéficié d'un bouche à oreille méga favorable).
Far Cry 4, je suis pas trop client, mais après tout, peut-être qu'avec des éléphants surpuissants, qui résistent aux explosions, aux balles, et à n'importe quoi en fait, ça va le faire. Diablo 3 sur PS4 sentait diablement le réchauffé. Battlefield : Hardlines : pareil, pas ma câme.
Par contre, retrouver un remake de Grim Fandango était une bonne surprise (extrait ici), et d'ailleurs il arrive sur PS4 et sur PS Vita.
Let it die de Grasshoppers, le studio de Suda, toujours un peu perché, ne m'a quasiment pas fait bouger de mon fauteuil. ca avait l'air aussi peu fignolé que la plupart des titres dirigés par le monsieur en question, donc j'attendrai avant d'émettre un avis définitif, mais ce n'était pas vraiment digne du support actuel.
S'en sont suivi les présentations de ABZU, assez spécial, je suivrai ça de (très) loin, et surtout de No Man's Sky, dont la démo avait tout pour faire rêver.... sauf que quelques jours après, les développeurs (au sein d'une toute petite équipe) ont effectivement confirmé que ce n'était pas du tout du in-game, mais un très bel extrait bien peaufiné pour l'occasion. => Nooooon, ne dites pas ça ! laissez-nous rêver, laisser-moi rêveeeeeeeeer, bouhou.

Après, petit trou d'air et zone de turbulences.

Sony était venu avec d'autres surprises dans sa besace, et parmis elles figuraient le Playstation NOW, la Playstation TV (qui ne s'appelle donc plus la Vita TV), et surtout Shawn Layden, nouvellement arrivé à la tête de la firme aux Etats-unis après le départ de Tretton. Peut-être pas le meilleur coup du mercato, mais j'ai trouvé que la recrue avait du bagou. Le problème c'est que c'était son premier E3. Oui il a dit le contraire, à peu près, mais pas exactement. Mais peu importe, il lui fallait se faire connaître. Et faire comprendre à tout le monde, que Sony allait proposer de nouveaux services, un nouveau hardware (même si aux vues des résultats de la Vita TV au Japon, on peut se poser des questions quant à la viabilité économique du hardware présenté mais bon passons), et aussi, de nouveaux contenus, avec cette série TV animée, ou à peu près, basée sur le comic Powers (qui date déjà d'il y a un bout de temps).

Personnellement, j'étais content, j'ai plutôt aimé Powers. En même temps je n'ai pas tout lu, et en même temps, comme on disait, ça date du début des années 2000. Et pour ceux qui ne l'ont pas lu, effectivement, le spoil de Brian Michael Bendis, co-créateur, était net et sans bavure (même s'il tombait déjà à la fin du premier volume).

Entre les deux Mortal Kombat 10, non pardon "Cross" (????) s'est retrouvé pris en sandwich dans une drôle de programmation.
Ca m'a un petit peu surpris de constater la volée de bois vert balancée par les internautes ici et là, même si on pouvait sentir que le rythme de la conférence ralentissait. Tout cela participait d'une logique globale, d'une offre globale, et était relativement cohérent. Ca fait partie du multimédia, donc la place de ces développements était justifiée dans une telle conférence. Manifestement, beaucoup de... trolls ? mecs ? enfin, peu importe, ont trouvé ça super chiant. Dommage les bouseux, vous ratez quelque chose, si la série est vraiment réussie, ça pourra être sympa. 'suffit de voir le succès de The Wolf Among us.

Mais peut-être les pauvres petits commentateurs n'étaient-ils plus très frais à cette heure avancée de la nuit.

Sony, comme il était prévisible, a fini sur du lourd, bien qu'un peu réchauffé là aussi : à côté des versions 'remaster' 'plus' 'complete' 'total' 'definitive' de The Last of Us et Gran Theft Auto V (qui n'était pas présenté lors de la conférence Microsoft), on a pu voir le nouveau trailer de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain, bande-annonce qui malheureusement avait été leakée quelques jours auparavant, et c'est très dommage tant elle est réussie, ça aurait pu avoir un effet beaucoup plus fort.
Ce que l'on a vu juste après de Batman : Arkham Knight a complètement fini de me conquérir, tant le jeu est impeccable visuellement, et tant la perspective de jeu est étendue. Bon, d'accord, c'est une déclinaison d'un système de jeu que l'on connaît déjà, mais quand même, ça a de la gueule.
Et enfin quitte à finir en feu d'artifice : Uncharted IV. All right.

Je veux bien qu'on dise que la conférence Sony n'était pas parfaite, qu'elle était irrégulière, qu'il y avait des longueurs, mais tout jeter parce qu'il y a eu 10 à 15 minutes de speech ou de présentation un peu différente de ce que l'on attendait, c'est complètement idiot. Et l'âge ne justifie pas tout, a fortiori quand on a la trentaine (n'est-ce pas William Audureau).

La conférence en entier (via gamespot)

Nintendo : player fun max

Nintendo, comme l'année dernière avait décidé de ne pas faire de conférence traditionnelle, mais une présentation enregistrée, un de ces fameux Nintendo Direct, diffusé sur internet via streaming. Du coup.... ben.... ils se sont un peu lâchés ^^.

Une entrée en matière absolument splendide, qui a laissé d'ailleurs présager ce qui s'est passé lors de cette présentation assez spéciale : Nintendo a fait les choses différemment, il ne s'est pas aligné sur la forme, sur ce qui a été fait par les deux autres constructeurs, Satoru Iwata et Reggie sont partis dans un trip très différent de ce qui se fait ailleurs.

Et plutôt réussi sur ce plan-là : Miyamoto qui bêta-teste le prochain Star Fox sans le dire et sans le montrer (et donc qui le tease comme pas possible pour les mois à venir), discution directe avec Eiji Aonuma sur le prochain Zelda Wii U, rencontres avec les développeurs pour présenter le développement par Koei-tecmo de Zelda Muso (Hyrule Warriors), pour présenter le prochain Kirby (Kirby and the Rainbow Curse), pour présenter le prochain Yoshi (Yoshi's Wooly World, qui ne me hype pas le moins du monde, vu que je me suis tapé Yoshi's New Island le mois dernier, et que ça fait près de 3 semaines que je dois éditer cette petite review que j'ai écrite), ainsi que pour présenter Splatoon, cette bizarrerie assez maligne finalement où deux équipes de poulpes vont s'affronter sur une map choisie, et déterminer laquelle des deux remporte la partie se fera via la couverture de la map par la peinture de la couleur de l'équipe. Non, non, non c'est très clair, mais je peux le dire encore plus simplement : foutez de la peinture partout et vous allez gagner. Ajoutez des petits trucs bien pensés comme les téléports, les jumps de flaque à flaque pour avancer plus vite, les bombinettes, et vous obtenez un drôle de party game en multi, qui va être super fendard à plusieurs (et super chiant tout seul, mais le online Wii U peut peut-être le sauver), assez rafraîchissant, que je vois bien comme une belle alternative à Nintendo Land.

Alors oui, j'ai un peu squizzé les annonces un peu attendues du genre "oh ! un nouveau perso pour Super Smash Bros U !! qui-arrive-très-bientôt-très-vite-dès-qu'il-est-fini-n'oubliez-pas-de-l'acheter" ou les jouets interactifs qui débarquent chez Nintendo, rebaptisés 'amiibo', compatibles avec ceux de Disney. Pas certain que Nintendo vise un public au delà de 10 ans avec des choses comme ça. Non je ne suis plus un grand enfant. Enfin, pas pour les figurines ou les jouets en tout cas. Grompf

Ce Direct valait certainement le coup pour les fans, mais à part Bayonetta 2, voire Hyrule Warriors (sur lequel Nintendo a un regard très précis et très proche), rien ne provenait d'éditeurs tiers, et globalement, la tonalité de cette tranche de 45 minutes visait plus à attirer un public large, et plutôt une jeune génération, qu'à aller chercher le gamer aguerri.
Très agréable sur la forme, ce direct-là pouvait laisser un peu sur sa faim sur le fond.

Revoir le Nintendo Direct E3 2014

Tout ça pour dire que pour moi, le gagnant assez net de cet E3 dans le triumvirat de la génération est Sony. Si je devais résumer, je dirais que tout le monde a avancé ses pions lors de cet E3, mais Microsoft les a avancés timidement, afin d'éviter le plus possible de perdre du terrain, et Nintendo les avancés d'un autre manière, le constructeur historique confirme qu'il fait du jeu vidéo autrement pour arriver à autre chose. Il ne fait pas concurrence frontale.
Il m'a semblé très clairement que Sony ouvrait lors sa conférence, les perspectives les plus étendues et les plus prometteuses pour l'avenir. Les plus gros jeux, les plus gros morceaux étaient à voir, à découvrir, à savourer dans cette tranche-là.
Et je trouve de manière globale que l'on a pu assister à un bon E3.

Etant donné que je n'ai pas regardé la conférence Electronic Arts, et seulement la moitié de la conférence Ubi Soft, que le prochain Assassin's Creed me tombe des yeux des mains et me sort par tous les pores de la peau, que The Crew me laisse de marbre, et que je suis crevé, je parlerai du reste plus tard. Y'a trop de news !

Publié dans jeu vidéo

Commenter cet article